Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 09:01
 
La banque régionale gère ses campagnes d’entretiens annuels à l’aide d’une solution dédiée qui, couplée à un référentiel des compétences revisité, offre une visibilité accrue sur les processus d’évaluation et de mobilité.

En ce début d’année, la Caisse d’épargne Rhône-Alpes entame sa troisième campagne d’entretiens individuels à l’aide de sa plate-forme de gestion de talents. Jusqu’en 2013, l’Écureuil régional disposait en réserve d’outils sous-exploités pour orchestrer les compétences de ses collaborateurs. À commencer par un référentiel hypertrophié. Avec ses 1 000 compétences et 450 métiers recensés, ladite nomenclature était largement surdimensionnée au regard des effectifs régionaux de la banque : 3 000 salariés.

Une cure d’amaigrissement

Il y a trois ans, ce répertoire a donc subi une cure d’amaigrissement afin de le rendre plus exploitable. Résultat : la dernière mouture de l’inventaire ne compte plus que 130 fiches métiers et 27 compétences. « Le nouveau référentiel permet au salarié de comparer ses savoir-faire à ceux requis pour postuler à un autre emploi. Le collaborateur peut évaluer les écarts entre les deux et ses éventuels besoins en formation. Et construire lui-même son projet de parcours professionnel », commente Pascal Dury, directeur du système d’information et du pilotage RH.

L’aggiornamento du référentiel a duré un peu plus d’un an. Un toilettage XXL, préalable à une gestion des talents informatisée. L’objectif de cette automatisation ? Pour le directeur du SIRH, il s’agissait de mettre en place une plate-forme afin de donner plus de visibilité aux utilisateurs. L’ancien logiciel, une application développée en interne, ne fournissait aux salariés aucune remontée d’information sur leur entretien individuel. « Les collaborateurs s’interrogeaient sur les finalités des évaluations et leurs suites », glisse Pascal Dury.

Les responsables RH, eux, manquaient d’une vision globale sur le collaborateur. Pour avoir un aperçu du dossier du salarié, il leur fallait synthétiser les informations des logiciels de paie et d’évaluation ou de tableaux Excel pour la revue du personnel.

Le choix de la solution de Cornerstone OnDemand s’est appuyé sur des retours d’expérience positifs d’entreprises clientes de l’éditeur américain. La grande marge d’autonomie qu’elle accorde aux utilisateurs de la fonction RH a fait pencher la balance en faveur de la plate-forme cloud. « Les équipes RH peuvent effectuer des requêtes, modifier ou créer des formulaires sans solliciter le prestataire ni notre service informatique comme c’était le cas auparavant », note Pascal Dury.

L’application, mise en place en trois mois, a été déployée en janvier 2015, pour le début des évaluations annuelles. Les responsables RH se sont rapidement approprié l’application, aidés en cela par une interface intuitive. « Ils bénéficient d’une vue instantanée sur le potentiel des salariés et sont en mesure de détecter les besoins en formation ou de proposer des postes en mobilité », continue-t-il.

De leur côté, salariés et managers accèdent en temps réel aux informations sur les entretiens, réunies sur une seule base de données. Les encadrants disposent, sur PC et sur tablette, d’un aperçu complet du parcours du collaborateur, de ses résultats d’entretien et de la revue de personnel. « La ligne managériale peut éditer ses propres formulaires sans solliciter la DRH », ajoute le directeur. En 2015, ils ont ainsi pu eux-mêmes structurer l’entretien professionnel dans l’outil.

Le tableau de bord des managers s’enrichit d’ailleurs au fil de l’eau de nouveaux indicateurs. Exemple de curseur créé récemment sans passer par Cornerstone : un graphique permet de mieux visualiser les résultats globaux des évaluations. De quoi conforter Pascal Dury dans son pari : celui d’un outil piloté en toute autonomie.

 

Paru dans Entreprise & Carrières, N° 1321 du 24/01/2017

Rubrique : Sur le terrain

Auteur(s) : José Garcia Lopez

Partager cet article

Repost 0
Published by José Garcia Lopez
commenter cet article

commentaires